Être missionnaire

Nous célébrons aujourd’hui , dans toutes les églises, la Journée missionnaire mondiale.

Cette dimension de notre vie en Église a beaucoup évolué depuis quelques années.

Nous sommes passés de missionnaires bâtisseurs de communautés chrétiennes, incluant des lieux de culte et d’éducation ou de services de santé, à des témoins de la foi travaillant avec les personnes des milieux.

Les missionnaires, dans un passé pas si lointain, partaient et ne revenaient en visite que quelques fois dans leur vie.  C’étaient et ne revenaient en visite que quelques fois dans leur vie.  C’étaient des religieuses et des religieux alors que maintenant beaucoup de laïques choisissent cet engagement évangélique.

Nous nous rappelons sans doute les prédications missionnaires invitant à des engagements vocationnels, à la création de comités missionnaires dans les paroisses et à la collecte de dons pour les œuvres missionnaires.

Lorsque nous pensons à la Propagation de la Foi, organisme pontifical universel, nous avons parfois des difficultés à comprendre l’activité des personnes qui travaillent, au nom de leur foi, dans des milieux extérieurs.

L’Église se doit d’être porteuse de la Bonne nouvelle dans le monde entier.  C’est la mission que le Christ confie dans ses dernières recommandations.

Notre soutien à cette action évangélique est maintenant l’information sur les enjeux ecclésiaux, la prière et le soutien matériel des actions.

Nous parlons aussi d’être missionnaires chez nous.  Ce n’est pas l’objet de la journée d’aujourd’hui mais nous sommes conscients du besoin de porter l’Évangile dans tous nos milieux.

L’Église est missionnaire dans son essence à l’exemple de ce que les premiers disciples ont fait.  Nous sommes missionnaires à notre tour.

Daniel Gauvreau