L’exemple de Saint François.

Cette année, c’est la pandémie. Mais pas seulement la pandémie. Le confinement aussi. Depuis deux mois, deux sujets nous occupent quotidiennement : la pandémie et le confinement.

Est-ce que l’exemple de François d’Assise aurait quelque chose à dire aux franciscains séculiers et à nos paroissiens?

Bien sûr, depuis bien des années, on a beaucoup insisté sur le fait que la spiritualité de François d’Assise était en rupture avec la spiritualité monastique de son temps. Que François et ses frères étaient sur la route….Et nous avons beaucoup parlé que nous sommes des « pèlerins et étrangers ».

Or, en ces temps de confinement,  nous ne sommes pas sur la route. Nos automobiles sont employées au minimum, les transports en commun sont réduits au minimum, les différents paliers de gouvernement nous exhortent à rester chez nous, pour le moment. (Et jusqu’à quand?)

François d’Assise pourrait directement nous inspirer encore. François ne voulait pas avoir de maison qui s’appelle « sa maison » mais en revanche il se rendait dans différents lieux d’ermitage en montagne absolument superbes.

Pour qui est déjà allé en pèlerinage à Assise, a sans doute appris que s’additionnent à cette ville merveilleuse de nombreux autres endroits où François se rendait dans la pauvreté la plus totale.

Les Carceri, si près du centre d’Assise; Le Mont Alverne, en Toscane, probablement aussi important qu’Assise puisque François y a reçu les stigmates;  Greccio, où François a eu l’inspiration géniale de la première crèche….

L’expérience de l’ermitage, vivre  40 jours sur une haute montagne ou sur une  île dans la prière et des conditions modestes fait partie de l’expérience franciscaine.

N’oublions pas non plus « la règle des ermitages ».

Sommes-nous complètement hors-sujet comme franciscains lorsque nous parlons d’un confinement à vivre dans la prière? Non, car François l’a vécu lui-même et d’innombrables franciscains(e)s aussi.

Et que dire de sainte Claire et de ses sœurs aussi? Ne négligeons pas tous ces exemples qui appartiennent à la plus pure tradition de saint François et de ses frères et sœur

Fr. Alix Poulin