Quelqu’un se souvient-t’il?

Enfin, les Capucins concrétisaient leur rêve de s’établir dans le Nord de l’Ontario. En 1956, en prenant la charge de la paroisse Notre-Dame-de-Lourdes de Timmins, ils se retrouvaient parmi un peuple de 900 familles, à majorité francophone qui vivait modestement du travail dans les mines. « Frères mineurs » chez les mineurs, nous nous sommes retrouvés chez nous!

Un jour, un frère de stature imposante, à la barbe rouge et à la parole directe et engagée, entra dans la vie de cette population. C’était le fr. Célestin, nouveau curé. Une histoire d’amour commençait avec ce peuple.

Il mit toute son énergie contagieuse au service de cette communauté. On remarqua vite ses talents d’administrateur. A peine les réparations de l’église terminées, le feu la dévasta complètement. Il fallut en reconstruire une autre, tout en développant plusieurs activités paroissiales. La colonie de vacances, en particulier, connut un grand essor.

Le fr. Célestin mena une action originale et colorée dans la défense des droits des francophones. La clientèle des magasins voyait entrer ce personnage brun et à sandales qui demandait d’être servi par des vendeurs de langue française. Quand il apprenait qu’on ne parlait pas français, il criait fort dans le magasin : « Allez en chercher un! »

– Fr. Benoit Fortin dans Les cent ans de mes frères